Mère Montagne

Margarette est devenue cliente de FINCA Haïti pour la première fois en 2006, parce qu’elle voulait offrir une vie meilleure à ses trois enfants. Son grand rêve était que ses enfants aillent à l’école pour avoir un meilleur avenir. À l’époque, Margarette subvenait aux besoins de ses enfants grâce à un petit commerce installé dans sa maison d’Aquin, où elle vendait de la viande et quelques articles de quincaillerie. Mais ce commerce ne lui a jamais rapporté beaucoup d’argent et elle voulait gagner plus pour payer ses frais de scolarité. Lorsque Margarette a entendu parler de FINCA lors d’une réunion à son église, elle a su que c’était sa chance. Elle s’est réunie avec quelques voisines et a formé le groupe Fanm Aksyon (Femmes d’action) FINCA Village Banking.

Margarette a utilisé son premier prêt FINCA de 4 000 gourdes (105 $) pour acheter des produits cosmétiques à Port-au-Prince et les vendre à Aquin. Comme elle a eu beaucoup de succès, FINCA a augmenté le montant de son deuxième prêt à 8 000 gourdes (210 dollars), qu’elle a utilisé pour acheter des produits cosmétiques en gros auprès d’un grossiste. Cela lui a permis d’obtenir de meilleurs prix, de maintenir un stock et d’offrir une plus grande sélection de produits. En conséquence, ses bénéfices ont augmenté chaque mois.

Comme son entreprise continuait à se développer, FINCA a suggéré à Margarette de passer à un prêt de petit groupe FINCA. Ses amis de Fanm Aksyon voulaient qu’elle reste, mais ils étaient heureux d’accueillir sa fille Rachelle à sa place. Rachelle est restée dans le groupe pendant deux ans et est devenue trésorière. Depuis, elle est partie étudier à Port-au-Prince. Bien que sa famille ne fasse plus partie du groupe, celui-ci se réunit toujours chez Margarette, à Aquin, et elle en est le mentor. Les membres l’appellent “Mère Montagne”.

Margarette raconte que la première fois qu’elle a emprunté de l’argent à FINCA, elle avait peur de ne jamais pouvoir rembourser une telle somme. Mais elle l’a fait et, au fil des ans, elle a pu emprunter davantage. Sa confiance en elle s’est accrue lorsqu’elle a constaté qu’elle était capable de rembourser chaque prêt. Elle utilise son dernier prêt de 120 000 gourdes (3 150 dollars), assorti d’une période de remboursement de neuf mois, pour continuer à développer ses activités dans le domaine des cosmétiques et de la quincaillerie, pour acheter du matériel pour une nouvelle boucherie, et pour payer une moto et le salaire du chauffeur – une autre nouvelle activité.

Grâce à son travail acharné et à ses prêts FINCA, Margarette a bien réussi. Elle a acheté une petite maison à Port-au-Prince pour ses enfants, afin qu’ils puissent fréquenter un meilleur lycée que celui d’Aquin. Elle leur rend visite chaque fois qu’elle doit acheter des marchandises à Port-au-Prince. Rachelle est maintenant en onzième année, son fils Enoch est en dixième année et sa fille Ruth est en neuvième année. Elle a utilisé une partie de ses revenus pour acheter un terrain à Aquin et deux vaches. Elle économise même pour payer le mariage de Rachelle.

Margarette et ses enfants ont tous survécu au tremblement de terre de 2010, mais leur maison à Port-au-Prince a été détruite, tout comme celle de son père à l’Asile. Son rêve est de construire une autre maison pour les enfants, afin qu’ils puissent terminer le lycée et aller à l’université.

Margarette déclare : “Je suis fière d’être une cliente de FINCA et j’aime ce que FINCA a fait pour moi et pour d’autres femmes haïtiennes.

FINCA m’a aidé à améliorer la vie de ma famille et à donner à mes enfants une chance d’avoir un meilleur avenir. Merci FINCA !