Témoignages de clients de FINCA

Margarette Nivose, cliente de FINCA Haïti, à l’occasion du 25e anniversaire de FINCA

Margarette Nivose, cliente de FINCA Haïti, à l'occasion du 25e anniversaire de FINCA
Margarette Nivose, cliente de FINCA Haïti, à l’occasion du 25e anniversaire de FINCA

Je suis devenue cliente de FINCA pour la première fois il y a plus de cinq ans, parce que je voulais donner à mes trois enfants une vie meilleure. Mon grand rêve était que mes enfants aillent à l’école, car je savais que c’était le seul moyen pour eux d’avoir un meilleur avenir. À l’époque, je subvenais aux besoins de mes enfants avec un petit commerce dans ma maison d’Aquin, où je vendais de la viande, des outils et d’autres articles de quincaillerie. Mais cette activité ne m’a jamais rapporté beaucoup d’argent, et je savais que je devais gagner plus pour payer leurs écoles. Lorsque j’ai entendu parler de FINCA lors d’une réunion à mon église, j’ai su que c’était ma chance. Je me suis réunie avec quelques voisines et nous avons formé le groupe FINCA Village Banking de Fanm Askyon (“Femmes d’action”).

J’ai obtenu mon premier prêt FINCA en février 2005, d’un montant de 4 000 gourdes (105 USD), et je l’ai utilisé pour acheter des produits cosmétiques à Port-au-Prince et les vendre à Aquin. J’ai eu beaucoup de succès avec ma petite entreprise, si bien que FINCA a augmenté le montant de mon deuxième prêt à 8 000 gdes (210 dollars). J’ai utilisé ce prêt pour acheter des produits cosmétiques en gros auprès d’un grossiste. Cela m’a permis d’économiser de l’argent, d’avoir un stock et d’obtenir plus de produits cosmétiques que ce que je vendais normalement. Lorsque j’ai fait cela, mes bénéfices ont augmenté chaque mois.

Comme mon entreprise continuait à se développer, FINCA m’a suggéré en 2006 de passer à un prêt de petit groupe FINCA. Mes amis de Fanm Askyon voulaient que je reste, mais ils étaient heureux d’accueillir ma fille Rachelle à ma place. Rachelle est restée dans le groupe pendant deux ans et est devenue trésorière. Depuis, elle est partie étudier à Port-au-Prince. Bien que ma famille ne fasse plus partie de Fanm Askyon, le groupe tient toujours ses réunions hebdomadaires chez moi, à Aquin, et les membres m’appellent “Mère Montagne”, en raison de mon succès. J’explique aux membres comment créer leur propre entreprise.

J’ai eu très peur la première fois que j’ai emprunté 100 dollars. Je n’aurais jamais pensé pouvoir emprunter et rembourser autant d’argent. Mais je l’ai fait et, au fil des ans, j’ai pu emprunter davantage d’argent. À chaque fois, j’ai eu moins peur et plus confiance en moi, et je me suis rendu compte que j’étais capable de rembourser chaque prêt. Mon dernier prêt s’élevait à 120 000 gourdes (2 962 dollars), avec une période de remboursement de neuf mois. J’utilise ce prêt pour continuer à développer mes activités dans le domaine des cosmétiques et de la quincaillerie, pour acheter du matériel pour la boucherie que j’ai ouverte il n’y a pas longtemps, et pour payer une moto et le salaire du chauffeur, qui est une nouvelle activité que je viens de démarrer.

Grâce à FINCA, j’ai pu réussir dans toutes mes petites entreprises. J’ai pu acheter une petite maison à Port-au-Prince où vivent mes enfants, afin qu’ils puissent fréquenter un meilleur lycée que celui d’Aquin. Je leur rends visite chaque fois que je le peux, généralement lorsque je dois acheter des marchandises à Port-au-Prince. Ma fille Rachelle est maintenant en onzième année, mon fils Enoch est en dixième année et ma fille Ruth est en neuvième année. J’ai utilisé une partie de mes revenus pour acheter un petit terrain à Aquin et deux vaches. J’économise même pour payer le mariage de Rachelle.

Heureusement, mes enfants et moi avons tous survécu au tremblement de terre, mais notre maison à Port-au-Prince a été détruite, tout comme celle de mon pauvre père à l’Azile. Mon rêve est maintenant de construire une autre maison à Port-au-Prince pour les enfants, afin qu’ils puissent terminer l’école secondaire et aller à l’université.

Outre l’argent que j’ai gagné au fil des ans, j’ai trouvé très gratifiant de diriger et de développer mes entreprises. Je suis fière d’être une cliente de FINCA et j’aime ce que FINCA a fait pour moi et pour d’autres femmes haïtiennes. FINCA m’a aidé à améliorer la vie de ma famille et à donner à mes enfants une chance d’avoir un meilleur avenir. Merci FINCA !


Tamara Shekimbaeva, cliente de FINCA Kyrgyzstan au 25e anniversaire de FINCA

Tamara Shekimbaeva, cliente de FINCA Kyrgyzstan, à l'occasion du 25e anniversaire de FINCA
Tamara Shekimbaeva, cliente de FINCA Kyrgyzstan, à l’occasion du 25e anniversaire de FINCA

Comme des milliers de personnes vivant au Kirghizstan dans les années 1990, après l’effondrement de l’Union soviétique, j’ai perdu mon emploi de tisserand dans une ancienne usine de tapis lorsque celle-ci a fermé ses portes et que tous ses employés ont été licenciés. Pour ne rien arranger, mon mari, réalisant qu’il devrait subvenir seul aux besoins de notre famille, m’a abandonnée et nous avons divorcé par la suite.

Forcée de trouver un moyen de subvenir à mes besoins et à ceux de ma fille de 16 ans, j’ai utilisé mes petites économies pour louer un étal de marché dans ma ville natale de Karabalta. Je vendais des articles ménagers aux étudiants qui vivaient dans le dortoir situé à proximité de mon entreprise. Au début, j’ai eu du mal à gagner suffisamment d’argent, mais j’étais déterminée à offrir à ma fille une bonne éducation. En 2000, j’ai entendu parler de FINCA par une autre femme au marché. Son fonctionnement m’a séduite, car FINCA mettait des prêts à la disposition de femmes comme moi, qui travaillaient dur pour créer de petites entreprises afin de subvenir aux besoins de leur famille.

J’ai rejoint le groupe de solidarité “Marta” de FINCA et j’ai utilisé mon premier prêt de 125 dollars pour élargir mon stock d’articles ménagers et proposer des produits plus diversifiés à mes clients. Grâce aux bénéfices, j’ai pu passer d’un petit appartement d’une pièce à un appartement plus grand de deux chambres. Après plusieurs années de croissance régulière de mon entreprise, j’ai organisé mon propre groupe de solidarité – que j’ai baptisé “Mme Shekimbaeva” en mon honneur – et j’ai été élue présidente. Depuis cinq ans, je fais partie du groupe “Adilet”, dont je suis la présidente et la comptable.

Au fil des ans et grâce à des prêts FINCA plus importants, j’ai financé l’achat d’un petit magasin où je vends des vêtements pour femmes, un secteur d’activité beaucoup plus rentable. Mon revenu est passé de 250 à 400 dollars par mois, mais ma plus grande réussite a été la remise du diplôme de ma fille à l’Université américaine d’Asie centrale, l’une des meilleures universités du Kirghizstan.

Mon dernier prêt, d’un montant de 1 500 dollars, a été investi dans l’achat d’une gamme plus large de vêtements et d’accessoires pour ma boutique. Mon prochain objectif est d’acheter une nouvelle boutique, car celle que j’ai actuellement devient froide en hiver, ce qui est inconfortable pour essayer des vêtements.
J’ai beaucoup de clients dans mon magasin qui sont dans une situation difficile. J’essaie de les aider autant que possible ; je les conseille sur les prêts FINCA et je les aide à créer leurs propres groupes de solidarité FINCA. Nombre d’entre eux ont bénéficié de prêts FINCA sur ma recommandation et ont ainsi pu commencer une nouvelle vie.

Sans FINCA, je n’aurais pas connu ce succès.