Une histoire fructueuse

Tous les matins à 5 heures, Vilma Esther Similox se tient derrière sa table nappée de bleu, remplie de fruits, de jus, d’œufs, de lait et de boîtes de vitamines, prête à accueillir les clients avec un sourire enthousiaste et lumineux. Cette mère de trois enfants, âgée de 37 ans, tient son stand de jus de fruits frais à Chimaltenango, au Guatemala, avec sa fille adolescente. Ses créations uniques de milk-shakes et de jus vitaminés l’aident à payer son loyer, ses dépenses ménagères et les frais de scolarité de ses enfants.

Il y a quatre ans, Vilma ne souriait pas autant. Son mari travaillait dans le bâtiment en ville, ne rentrant à la maison que le week-end, apportant un petit salaire pour subvenir aux besoins de Vilma et des enfants. Son salaire n’est cependant pas suffisant et le couple a du mal à payer le loyer d’une petite maison. Une de ses amies tenait un stand de jus de fruits dans un autre quartier de la ville et a encouragé Vilma à lancer son propre commerce de jus de fruits.

Malgré son désir de devenir chef d’entreprise, Vilma ne disposait pas du capital nécessaire pour ouvrir son propre stand de jus de fruits et n’avait jamais contracté de prêt auparavant. Elle est tombée sur un dépliant de FINCA décrivant la possibilité de contracter de petits prêts collectifs par l’intermédiaire d’une banque villageoise. Après avoir rejoint le Flor Del Durazno (Peach Blossom) Village Bank avec des amis du quartier, elle a pu acheter une petite table et un presse-agrumes avec son premier prêt.

Jour après jour, Vilma installait son stand devant sa maison et travaillait jusqu’à midi à la préparation de jus pour ses clients. Au fur et à mesure que son entreprise s’est développée, elle a contracté d’autres prêts FINCA et a pu passer à une table plus grande. Plus récemment, elle a pu acquérir un plus gros presse-agrumes et un extracteur grâce à un prêt de 3 000 quetzales (380 dollars). Elle a commencé à acheter des œufs de poule et de canard à un voisin et du lait à un voisin qui amène la vache directement chez elle. Vilma savait qu’elle pourrait réduire ses coûts si elle avait des poules et des vaches chez elle pour fournir des ingrédients frais tous les jours, mais son propriétaire ne l’autorise pas à élever du bétail chez elle.

Contrairement aux autres centrifugeuses du quartier, Vilma attire les clients avec des boissons créatives. Elle a ajouté à son menu sa version des milk-shakes, qu’elle sert dans un grand verre avec des corn-flakes en guise de garniture. Ses boissons les plus prisées sont toutefois ses jus vitaminés, qui offrent aux clients la possibilité de renforcer leurs muscles, de lutter contre les maladies ou même d’accroître leur vigueur et leur vitalité au lit. Un jus de fruit nature coûtera au client 5 quetzals (0,65 $). Bien que les vitamines soient chères, elles permettent à Vilma d’augmenter ses bénéfices, chaque jus enrichi en vitamines se vendant trois fois plus cher qu’un jus ordinaire.

Aujourd’hui, grâce aux délicieuses boissons créées par Vilma, elle n’a plus à se soucier de gagner suffisamment d’argent pour payer son loyer. En fait, grâce à la croissance de son entreprise, Vilma a pu louer une maison plus grande et plus confortable pour mieux accueillir la famille. Son prochain rêve est de construire sa propre maison grâce aux bénéfices de son activité, où elle pourra élever du bétail et continuer à sourire à ses clients et à sa famille.