La volonté de réussir

Julia Maria Ixchop Us De Ventura ne cesse de travailler. Chaque jour, elle s’active pour préparer des repas chauds dans son restaurant bondé situé dans le marché de Boca Del Monte à Guatemala City.

De 7 heures à 13 heures, elle prépare, avec son mari et un employé, une variété de plats guatémaltèques, dont sa spécialité, les dobladas – une tortilla chaude remplie de viande et agrémentée d’une salade et d’une sauce.

“Je ne prends congé qu’à Noël et à Pâques”, dit-elle.

La volonté de Julia de subvenir aux besoins de sa famille n’est pas seulement née de sa passion pour la cuisine, mais aussi de la nécessité. Comme de nombreuses femmes clientes de FINCA, Julia a dû devenir le principal soutien de sa famille.

Il y a dix-huit ans, lorsque le mari de Julia ne pouvait plus subvenir aux besoins de la famille en raison de son alcoolisme, elle a décidé de travailler à l’extérieur pour la première fois de sa vie. Elle a commencé à vendre de la nourriture dans la rue, à l’extérieur du marché, pour joindre les deux bouts. Le travail était difficile et, bien que la vente de produits alimentaires l’ait aidée à nourrir ses enfants en pleine croissance, elle n’avait pas les moyens de payer leurs frais de scolarité.

Grâce aux prêts de la Village Bank accordés par FINCA, Julia a développé son entreprise et a remis ses six enfants à l’école. Ses plats étant de plus en plus connus, elle a pu louer un espace à l’intérieur du marché. Finalement, elle a eu recours aux prêts individuels de FINCA, qui l’ont aidée à payer ses poêles et casseroles et à rénover les sièges du restaurant. Aujourd’hui, le restaurant du coin porte le nom de sa fille Katy. Il occupe trois espaces loués sur le marché et se compose d’une cuisine, d’un coin salon et d’un coin vaisselle.

Julia est fière de servir de bouée de sauvetage à sa famille. Son mari, qui est sobre depuis 12 ans, travaille chaque jour à ses côtés pour aider à scolariser leurs enfants, à rénover leur maison et à soutenir leurs parents âgés.

“FINCA m’a fait confiance”, a-t-elle déclaré. “Sans FINCA, je n’aurais pas pu développer mon entreprise. Et je remercie Dieu d’avoir autant de clients”.