Il faut un village

Les années n’ont pas épargné le visage buriné d’Anarda Virginia Dávila Núñez. Mais elle sourit avec fierté et amour lorsqu’elle regarde sa ferme et sa magnifique petite-fille, Stheffy. Anarda transporte partout Stheffy, 13 mois. La petite fille est partiellement paralysée après avoir contracté le virus Zika à l’âge de quatre mois.

Dans un petit village du Honduras, Anarda possède environ 17 acres de terre, dont seulement la moitié est cultivable. Cinq ou six vaches maigres broutent les broussailles entre les arbres sur quelques hectares. Le reste est trop escarpé et rocheux pour élever quoi que ce soit.

La ferme n’est pas très rentable, mais Anarda est fière de ce qu’elle possède et de ce qu’elle a accompli. Elle est reconnaissante à FINCA pour les prêts de groupe. Il y a neuf ans, elle a créé avec un groupe de voisins le groupe “Chacaras Unidas” Village Bank, dont elle est la présidente depuis lors.

Notre groupe Village Bank est très uni et FINCA nous a toujours soutenus pour aider nos entreprises à se développer.

banque villageoise du honduras

Village Banking™et les prêts aux petits groupes s’adressent aux entrepreneurs à très faibles revenus ayant les plus petites entreprises, permettant aux communautés de se regrouper pour partager et garantir les prêts des autres. Aujourd’hui, 29 % de plus de 44 000 clients au Honduras utilisent des prêts Village Banking™.

Le dernier prêt du groupe Chacaras Unidas Village Bank , d’un montant de 70 000 Lempiras (environ 3 050 dollars), est réparti entre ses huit membres. La plupart des membres empruntent le même montant tout au long de l’année, mais le montant du prêt d’Anarda varie en fonction de la saison. Elle emprunte davantage pour les récoltes de maïs au printemps et à l’automne, lorsqu’elle embauche quatre personnes pour travailler avec elle à la cueillette du maïs. Chaque récolte donne un total d’environ 4 000 livres de maïs.

En décembre, Anarda vend du pain et des nacatamales (une spécialité hondurienne pour les fêtes de fin d’année). Avec les bénéfices, elle achète de la nourriture pour les porcs et les poulets qu’elle élève.

“Les prêts m’ont beaucoup aidée”, déclare Anarda. “Grâce à eux, j’ai pu aider mes six enfants à progresser et ils ont tous terminé leurs études. J’ai pu acheter ces terres, qui appartenaient auparavant à mon beau-père, et j’ai beaucoup amélioré la maison”.