Ginger Therapy : Créer un avantage concurrentiel

Le boutik (épicerie de quartier en créole haïtien) de Marie Lilia Bazile est l’endroit à ne pas manquer dans son quartier. Avec toutes sortes d’aliments secs pour les adultes et un petit coin de friandises pour les moins grands, Marie sait comment attirer et fidéliser les clients.

Mais lorsque le gouvernement haïtien a imposé une quarantaine l’année dernière pour lutter contre la pandémie de coronavirus, son activité s’est tarie. Les pwatik (clients fidèles en créole) de Marie se sont retirés dans leurs villages pour éviter le virus et les problèmes potentiels avec les autorités.

Marie vit aux Cayes, dans la péninsule sud d’Haïti. C’est la plus grande ville de la région, mais elle est petite par rapport à Port-au-Prince. Situées à une journée de bus de Port-au-Prince, les Cayes ont longtemps été isolées de l’agitation et des troubles politiques de la capitale. Il n’était cependant pas suffisamment isolé pour empêcher Covid-19 d’y pénétrer.

L’enfermement a fait disparaître le sourire de Marie. Mais rapidement, sa nature optimiste a pris le dessus. Elle a compris que les gens avaient besoin de manger et qu’elle pourrait récupérer son pwatik si elle vendait l’article que tout le monde recherchait : du gingembre haïtien local. En infusion, le gingembre est réputé renforcer le système immunitaire. Et grâce à son prêt de FINCA, Marie a rapidement eu du gingembre sur ses étagères.

Marie doute des vertus médicinales du thé et, tout en séduisant ses clients, elle met en place des mesures de sécurité. Marie a commencé à porter un masque. Elle a pris l’habitude de manipuler le moins possible d’argent liquide. Elle a demandé à son pwatik de maintenir une distance de sécurité lorsqu’il se trouvait dans son magasin.

Grâce à son sens des affaires et au prêt FINCA que nos sympathisants ont rendu possible en faisant un don au Fonds d’intervention d’urgence de FINCA, Marie traverse cette période troublée avec calme et grâce. Personne ne sera surpris d’apprendre que son boutik est à nouveau l’endroit le plus fréquenté du quartier. Occupé mais sûr !