Déconstruire le monolithe : Pourquoi la compréhension des besoins individuels des femmes est essentielle pour combler le fossé entre les hommes et les femmes en matière d’inclusion financière

Cet article a été initialement publié sur NextBillion

Il y a quelques années, Une enquête de FINCA a montré que les moyens de subsistance des femmes étaient gravement entravés par les préjugés sociaux et la discrimination économique en République démocratique du Congo (RDC). Avec plus de la moitié de la journée consacrée au travail domestique non rémunéré, les femmes qui se lancent dans les affaires trouvent peu d’opportunités au-delà de la gestion de petites entreprises commerciales dont les perspectives de profits et de croissance sont faibles. Et même lorsqu’elles dirigent des entreprises plus rentables, elles gagnent moins d’argent – par exemple, les bénéfices quotidiens des femmes entrepreneurs qui travaillent dans le commerce de gros sont quatre fois inférieurs à ceux des hommes. Avec un Il n’est donc pas surprenant que la RDC soit classée 151e sur 156 pays dans le classement mondial 2021 du Forum économique mondial. l’indice d’écart entre les hommes et les femmes.

Le fait que seulement 14% des femmes congolaises possèdent un compte financier est à la fois un symptôme de ce problème et un facteur qui y contribue, car l’exclusion financière prive les femmes entrepreneurs des ressources dont elles ont besoin pour être compétitives. En tant que l’une des principales banques de microfinance en RDC, FINCA s’est engagée à résoudre ce problème en offrant des produits adaptés aux besoins des femmes. Mais qu’est-ce que cela signifie en pratique ? En 2020, nous avons interrogé 2 800 consommateurs de produits financiers dans le pays pour le savoir.

Comprendre les raisons de l’exclusion financière des femmes

De manière peut-être contre-intuitive, nos données de base montrent que le fait de se concentrer sur le sexe comme caractéristique déterminante d’une cliente féminine est exactement la mauvaise approche. Les femmes ne constituent pas un segment homogène – pour mieux les comprendre, nous devons approfondir les sous-groupes qu’elles constituent, en fonction des circonstances qui déterminent leurs besoins et leurs comportements financiers. Si les femmes sont victimes d’une discrimination générale, elles sont désavantagées par leur âge, leur lieu de résidence et leur niveau d’éducation, ce qui n’est pas le cas des hommes.

Si l’inclusion financière consiste à être en mesure de trouver le bon produit pour ses besoins, la connaissance des produits est la première étape cruciale du parcours. C’est là que les difficultés des femmes commencent : Leur mémoire des produits est environ deux fois moins importante que celle des hommes, ce qui signifie que lorsqu’on leur demande de citer des produits financiers dans des catégories spécifiques (épargne, prêts, banque mobile et assurance), les femmes sont deux fois plus nombreuses à ne pas pouvoir citer plus de deux produits en tout et pour tout. Mais les femmes rurales sont particulièrement désavantagées par rapport à leurs homologues urbaines, alors que le rappel des produits par les hommes est le même quel que soit leur lieu de résidence. Les femmes présentent également de grandes différences dans la connaissance des produits en fonction de l’âge, en particulier chez les jeunes (<25) et les femmes de plus de 55 ans. En revanche, le rappel des produits par les hommes est presque identique à tous les stades de la vie.

Cette même tendance se vérifie lorsque l’on examine les données plus en profondeur. Au-delà de l’analyse descriptive, nous avons utilisé l’apprentissage automatique pour créer un modèle de difficulté pour le consommateur, l’objectif étant de prédire s’il est facile ou difficile pour une femme de trouver le bon produit. Nous avons utilisé un algorithme d’apprentissage supervisé avec détection automatique des interactions (une méthode d’analyse des données qui examine la manière dont les différentes variables du modèle interagissent entre elles) pour classer les femmes interrogées en fonction du niveau de difficulté qu’elles ont éprouvé à trouver le bon produit financier. À chaque étape, l’algorithme a testé toutes les variables possibles susceptibles d’amener les femmes à éprouver des difficultés à trouver un produit adéquat, afin d’identifier les facteurs qui contribuent le plus à ce problème. Le processus se répète jusqu’à ce qu’aucun autre facteur n’ait un effet statistiquement significatif sur la capacité des femmes à trouver des produits financiers appropriés.

Les facteurs qui empêchent les femmes de trouver les bons produits financiers

L’analyse de l’apprentissage automatique, présentée dans la figure 1 ci-dessous, a confirmé notre conviction que le manque de connaissances était le facteur le plus important pour prédire les difficultés des femmes à trouver des produits adéquats. Ce résultat montre que l’information est un bien précieux pour les consommatrices. Une chose aussi simple que de connaître les choix possibles peut changer la donne pour trouver le bon produit financier. Si une femme ne connaît pas les options disponibles, elle ne peut pas les utiliser, ce qui renforce le cycle de l’exclusion.

L’analyse a permis d’obtenir une description détaillée de la manière dont chaque facteur est façonné par les facteurs “cachés” qui lui sont sous-jacents. Par exemple, parmi toutes les variables possibles dans nos données, l’éducation est la variable prédictive la plus forte de la capacité des femmes à trouver les produits adaptés à leurs besoins. Parmi les femmes peu sensibilisées, 95 % de celles qui ont un niveau d’études secondaire ou inférieur ont des difficultés en tant que consommatrices de produits financiers, alors qu’un niveau d’études plus élevé réduit l’incidence de moitié environ. En allant plus loin, nous avons constaté que le type d’emploi est également un facteur important : Parmi les femmes ayant un faible niveau d’éducation et une connaissance limitée des produits, 100 % de celles qui travaillent à leur compte ont du mal à trouver le bon produit. L’emploi formel améliore quelque peu la situation, mais pas dans la même mesure qu’un niveau d’éducation plus élevé.

Mise en pratique de ces résultats

La mise en œuvre de ces conclusions commence par une compréhension claire de l’origine du problème. La méconnaissance des produits n’est pas le problème des femmes en général, mais plutôt celui des femmes spécifiques pour lesquelles cette contrainte est la plus débilitante. Par exemple, nous savons avec une certitude absolue qu’une femme exerçant une activité indépendante et ayant un faible niveau d’éducation est presque assurée d’avoir une connaissance très limitée des produits, ce qui compromettra sa capacité à trouver le bon produit financier. Autres Les efforts déployés pour mieux servir la clientèle féminine vont dans le même sens : Pour combler le fossé entre les sexes en matière d’inclusion financière, nous devons commencer par “déconstruire le monolithe” de la clientèle féminine et creuser dans les sous-segments du marché pour comprendre leurs besoins et contraintes spécifiques.

Des clients responsabilisés font des choix éclairés et exercent un meilleur contrôle sur leur vie financière. La logique commerciale conduit à la même conclusion : Les clients mieux ciblés sont plus rentables à long terme parce qu’ils sont plus motivés et plus fidèles au fil du temps. Au fur et à mesure que les mesures visant à cibler la clientèle féminine se répandront et que le cercle des bénéficiaires de ces efforts s’élargira, une nouvelle demande de services financiers apparaîtra et un cercle vertueux s’installera. À cette fin, les données peuvent tracer un chemin plus clair vers la réussite en identifiant les influences sociales spécifiques qui aident ou entravent les femmes dans leur navigation au sein d’un paysage financier de plus en plus complexe.

Scott Graham est directeur de la recherche sur la clientèle et des services de données de terrain, et Anahit Tevosyan est directrice de la recherche à FINCA International.