Réfugiés syriens en Jordanie : le besoin d’accès au financement

Lara Shaheen est une réfugiée de la guerre qui ravage la Syrie depuis 2011. En 2014, elle s’est installée à Amman, en Jordanie.

Ne sachant pas quand la guerre prendra fin et quand elle pourra retourner en Syrie, Lara a décidé de créer une entreprise en Jordanie. Elle produit des objets artisanaux – savons, bougies et bien d’autres choses encore – qu’elle vend sur les marchés locaux.

Lara était motivée pour pouvoir prendre soin d’elle et de sa famille et pour rendre service au pays dans lequel elle vivait. Comme le fait remarquer Lara, “nous, les Syriens, avons de nombreuses compétences. Nous pouvons les utiliser pour subvenir à nos besoins et soutenir le pays dans lequel nous nous trouvons. Au lieu de devenir un fardeau, nous pouvons être utiles”.

L’expérience des réfugiés en Jordanie

Plus de 1,4 million de réfugiés syriens – environ la moitié enregistrés et l’autre moitié non enregistrés – en Jordanie. La plupart d’entre eux sont dans le pays depuis aussi longtemps que Lara. Comme les habitants de nombreux autres endroits, ils ont été déplacés par des conflits essentiellement “sans fin”. Outre les Syriens, la Jordanie accueille environ 150 000 réfugiés irakiens et quelque 2 millions de réfugiés palestiniens arrivés (ou descendants de personnes arrivées) en Jordanie il y a cinquante à soixante-dix ans.

Si certains réfugiés vivent dans des camps à la périphérie des villes jordaniennes, la plupart d’entre eux (dont 85 % des Syriens) vivent dans des villes à travers le Royaume. Comme Lara, leur objectif est de s’intégrer dans la société jordanienne.

Parmi les réfugiés syriens qui se trouvent en Jordanie depuis plus de cinq ans, 97 % ont l’intention de rester en Jordanie. Seuls 6,6 % des réfugiés arrivés entre 2015 et 2018 ont quitté le pays. De nombreux Irakiens sont en Jordanie depuis plus longtemps. La Jordanie est leur nouvelle maison.

Les réfugiés ont généralement besoin d’un financement

Alors qu’ils souhaitent se construire une nouvelle vie en Jordanie, il n’y a pas assez d’emplois formels pour subvenir aux besoins de ces personnes déplacées. Comme Lara, ils doivent se contenter d’un travail indépendant informel. Lara a mieux réussi que la plupart des entrepreneurs réfugiés. Elle emploie désormais des dizaines d’autres réfugiées syriennes pour produire des objets artisanaux dans leurs propres maisons.

Malgré sa réussite, même pour Lara, il est difficile, voire impossible, d’obtenir un financement pour développer une entreprise. FINCA s’efforce de changer cela.

Les collaborateurs de FINCA en visite à Amman ont rencontré Lara au début de l’année 2022. L’objectif de cette visite était d’en apprendre davantage sur le sort de ces réfugiés et de travailler avec le personnel de FINCA Jordanie pour développer une stratégie visant à atteindre cette population économiquement active mais vulnérable.

Aujourd’hui, FINCA Jordanie se prépare à lancer un programme pilote de prêts aux réfugiés. Les activités de sensibilisation commenceront après la fin des vacances du Ramadan, le 1er mai. FINCA Jordanie prévoit d’accorder des prêts à plus de 800 réfugiés comme Lara d’ici la fin de l’année.

Comme le souligne Lara – dont l’histoire a également été documentée par AJ+ – “c’est une décision très difficile à prendre lorsque l’on pense à tout laisser derrière soi. Vos rêves, vos amis, vos proches, votre famille. En fait, vous laissez le fruit de 35 ans de vie et vous partez, tout simplement”. Grâce à un travail acharné et au soutien d’entités telles que FINCA, Lara et d’autres réfugiés ont une chance de réussir.