Que peuvent apprendre les banques de détail des pays en développement ?

Il y a quelques jours, les banques de détail britanniques ont été quelque peu choquées lorsque le régulateur gouvernemental est intervenu pour leur dire qu’elles devaient innover et utiliser les dernières technologies pour satisfaire leurs clients. Cela m’a également surpris. On pourrait penser que ces grandes organisations en savent un peu plus sur la satisfaction des clients et l’utilisation des FinTech. Mais selon l’organisme de surveillance, ils n’en font pas assez.

Cela m’a amené à me demander si les banques de détail du monde entier pouvaient tirer des enseignements de la microfinance pour anticiper les besoins de leurs clients et utiliser les FinTech à leur profit.

En Afrique, 77 % des adultes restent exclus du système bancaire formel. Ils n’ont aucun espoir d’obtenir un prêt auprès d’une banque de détail, même si nombre d’entre eux pourraient se rendre dans la banque la plus proche. En mai dernier, FINCA a annoncé une collaboration avec la société FinTech First Access.

Ce partenariat a donné naissance à l’approche alternative d’évaluation du crédit la plus importante et la plus sophistiquée au monde de la part d’une institution de microfinance. Pour nos clients, cela signifie que même s’ils n’ont jamais eu recours au système bancaire formel, ils peuvent accéder à un prêt FINCA, et ce beaucoup plus rapidement.

Cette collaboration n’est que la prochaine étape de notre travail visant à démocratiser les services bancaires et à offrir aux personnes défavorisées les services financiers qu’elles souhaitent et dont elles ont besoin. Depuis plusieurs années, nous travaillons également en Tanzanie avec Vodacom, le plus grand opérateur de réseau mobile du pays.

Grâce à ce partenariat, les clients de FINCA peuvent utiliser la plateforme de portefeuille mobile de Vodacom, M-PESA, pour effectuer des transactions sur un compte FINCA, qu’il s’agisse de versements de prêts ou d’épargne. Cet arrangement permet aux clients de FINCA d’effectuer des transactions directement à partir de leur porte-monnaie électronique, ce qui leur évite des frais de déplacement importants et d’autres coûts transactionnels typiques des opérations de microfinance. Et ce, dans l’un des pays les plus pauvres du monde, où environ 90 % des personnes les plus démunies vivent dans des zones rurales.

C’est ce type de réflexion globale que les banques de détail doivent adopter. En tant qu’entreprise, il est facile de se concentrer sur ce que l’on fait le mieux et de s’en contenter. Mais si les banques de détail veulent attirer l’attention de la prochaine génération de clients, les Millennials, elles devront innover, anticiper et commencer à construire des produits qui répondent à leurs besoins dès maintenant. Le changement et l’innovation doivent venir de l’intérieur et ne jamais être imposés par un régulateur gouvernemental.

Aujourd’hui, à l’autre bout du monde, au Guatemala, j’ai rencontré un client de FINCA qui possède une quincaillerie sur le marché de Chichicastenango et qui gagne de l’argent en travaillant comme agent pour Tigo, un opérateur téléphonique avec lequel FINCA Guatemala s’associe pour permettre à nos clients de rembourser leurs prêts par voie électronique depuis leur lieu de résidence, sans avoir à se rendre dans notre agence la plus proche, à Quiche, à 28 km de là. Le monde devient numérique et toutes les entreprises doivent s’adapter ou disparaître.

Publié à l’origine sur RupertScofield.com.