Mise à jour sur le terrain en Haïti : Lever les obstacles

Une femme ramène ses marchandises à la maison après une journée de vente au marché de Cap Haïtien.

Évaluer notre impact en Haïti

Les entrepreneurs qui travaillent avec FINCA connaissent leur métier. Ils connaissent leur clientèle, leur concurrence et les flux et reflux de la demande pour leur produit. L’objectif de FINCA Canada est de leur permettre de réussir selon leurs propres conditions. Pour ce faire, il est essentiel de comprendre les obstacles qui se dressent sur leur chemin, une leçon qui nous a été rappelée récemment lors d’une visite sur le terrain en Haïti.

“Il peut être difficile pour nous, qui pouvons acheter presque tout dans notre centre commercial local ou en cliquant sur une souris, de comprendre les défis que représente la gestion d’une petite entreprise dans une économie en développement”, déclare Jane Imai, gestionnaire principale de programme de FINCA Canada. Imaginez que vous deviez transporter chaque jour vos marchandises au marché dans une brouette ou à l’arrière d’une camionnette. Imaginez que vous soyez quotidiennement pris dans des embouteillages tels qu’il vous faut plus de deux heures pour parcourir 15 km. À cela s’ajoutent plus de quatre heures de tâches ménagères quotidiennes, telles que le jardinage et l’approvisionnement en bois de chauffage et en eau.

Vendeurs du marché de Cap Haïtien se rendant au travail.

Comprendre les besoins des clients

FINCA Canada veut donner aux entrepreneurs – en particulier aux femmes – en Haïti et en République démocratique du Congo (RDC) les moyens de réussir. “Pour que cela soit efficace, nous devons faire confiance à leur savoir-faire”, explique M. Imai. “Nous devons comprendre les obstacles qu’ils rencontrent et nous assurer que les services que nous offrons répondent à leurs besoins.

Une étude récente de FINCA International a montré que les exigences du ménage donnent aux hommes trois heures d’avance sur leurs homologues féminines. Quels sont les autres facteurs qui freinent les femmes ?

FINCA Canada, en partenariat avec Global Affairs Canada (GAC), a lancé une évaluation du genre pour mieux comprendre cette disparité. L’objectif est de s’assurer que nos produits et services répondent aux besoins de tous les clients de FINCA en Haïti et en RDC, tout en tenant compte des différences liées au genre.

Les meilleurs plans

Mme Imai s’est rendue en Haïti en février pour effectuer le travail de terrain nécessaire à l’évaluation, notamment en organisant des groupes de discussion avec des clients actuels.

Le plan consistait à organiser huit groupes de discussion avec des femmes et des hommes d’affaires de tout le pays, ainsi qu’une série d’entretiens individuels approfondis. Cependant, l’éruption de troubles politiques et sociaux inattendus a empêché les participants d’assister aux groupes de discussion en toute sécurité.

“C’était un véritable défi”, déclare Imai. “Notre équipe en Haïti avait fait tout un travail pour organiser ces réunions, puis le chaos a éclaté et les gens n’ont pas pu quitter leurs maisons. Cela m’a permis de mieux comprendre les difficultés auxquelles nos clients sont régulièrement confrontés”.

En fin de compte, les protocoles de sécurité de FINCA Canada ont obligé Imai à écourter les réunions et à quitter le pays.

Reprendre là où nous nous sommes arrêtés

Malgré ce revers, Imai ne se laisse pas décourager.

Les clients de FINCA comptent sur nous pour soutenir le développement de leurs activités. Le soutien qu’ils reçoivent de FINCA contribue directement à l’amélioration de la situation de leurs familles et de leurs communautés.

Il est déjà prévu qu’Imai et les membres de l’équipe de FINCA Canada retournent en Haïti pour achever la recherche sur l’équité entre les sexes.

“Ce travail ne se fait jamais sans heurts”, explique M. Imai. Elle met en garde contre l’habitude nord-américaine de se concentrer sur des objectifs à court terme, des calendriers rigides et une approche fondée sur une liste de contrôle. Elle souligne que l’instabilité sociale et politique peut entraîner des retards inattendus, mais elle ajoute qu’en prenant le temps de bien comprendre les besoins des femmes d’affaires que nous servons, nous garantissons que nous contribuons à avoir un impact réel.

“C’est ce qui donne tout son sens à notre contribution”, ajoute-t-elle.