Les vaccins sont ici, mais qu’en est-il là-bas ?

Dans le monde entier, la pandémie de coronavirus a obligé les gens à adapter leur vie et leurs moyens de subsistance à une “nouvelle normalité” qui dure depuis bien plus longtemps que ce que l’on aurait pu prévoir. Au Canada, l’afflux récent de vaccins a placé le pays dans une position plus favorable que la plupart des autres pays. Les chiffres de la vaccination au Canada continuent de s’améliorer, avec 68 % de la population ayant reçu une première dose, et le nombre de cas ne cesse de diminuer. Mais des pays comme la République démocratique du Congo et Haïti sont à la traîne.

Dans de nombreux pays où les vaccins sont encore limités ou indisponibles et où le virus continue de se propager, la situation reste désastreuse. Depuis la semaine dernière, Haïti n’a pas administré un seul vaccin. La République démocratique du Congo n’a reçu sa première livraison que le mois dernier et reste le dernier pays sur la liste des taux de vaccination avec seulement 0,1 % de la population congolaise vaccinée. Le nombre de cas continuant à augmenter au Congo et la troisième vague entraînant une augmentation du nombre de cas et des variantes préoccupantes, le besoin d’une population vaccinée se fait de plus en plus sentir.

Au cours des dernières semaines, l’Inde a lutté pour contenir une deuxième vague dévastatrice du virus. Les hôpitaux sont débordés et font face à une grave pénurie d’oxygène, alors même que le gouvernement fait état d’un nombre record de nouveaux cas. On craint que la situation en Inde et dans d’autres pays en proie à des problèmes de vaccins ne devienne incontrôlable. Les personnes à faible revenu de ces pays sont les plus touchées par la pandémie.

Une enquête de FINCA menée en 2020 a évalué l’impact de la pandémie sur plus de 10 000 clients dans le monde. Outre l’expérience quasi universelle de la perte de revenus – la plupart des clients de FINCA vivent de petites entreprises informelles particulièrement vulnérables à toute forme de perturbation -, ils n’ont pas pu s’adapter à l’arrêt complet de l’activité économique provoqué par les bouclages nationaux. Dès les premières semaines qui ont suivi le début de la pandémie, plus de 50 % des clients ont connu l’insécurité alimentaire, en particulier en Amérique latine et en Afrique.

La menace d’une troisième et d’une quatrième vague du virus dans certains endroits est encore plus inquiétante étant donné la sous-déclaration généralisée des infections combinée au manque d’information et à l’hésitation concernant le vaccin. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a créé le programme COVAX (une initiative combinée entre des gouvernements riches et des sociétés pharmaceutiques pour assurer un accès équitable aux vaccins), qui a permis de livrer 69 millions de doses de vaccins depuis février. Cependant, plusieurs pays ont déjà épuisé leurs premières livraisons de vaccins. Ils risquent de ne pas recevoir de doses supplémentaires de sitôt, car l’Inde, premier producteur mondial de vaccins, a interrompu les exportations de vaccins pendant qu’elle s’efforce de maîtriser sa propre épidémie. Au Pakistan voisin, où FINCA compte plus d’un million de clients, 37 % des adultes ont indiqué qu’ils ne se feraient pas vacciner. Dans l’ensemble des pays filiales de FINCA en Amérique latine et dans les Caraïbes, moins de 15 % de la population a été vaccinée.

Malgré les protestations initiales de certains Canadiens, qui craignent un ralentissement de la mise en œuvre, l’absence ou la rareté des vaccins dans de nombreux pays illustre les disparités croissantes entre les régions du monde à faible revenu et celles à revenu élevé. Cependant, même si les pays les plus riches commencent à rouvrir lentement leurs portes grâce au succès de leurs programmes de vaccination, une autre vague plus meurtrière du virus est probable si de nombreux pays dans le monde continuent à lutter contre la pandémie. Cela signifie que les personnes que FINCA sert continueront à supporter le poids de la crise.

C’est pourquoi FINCA ne ménage aucun effort pour assurer la sécurité et le bien-être de ses clients, qu’il s’agisse de l’application de directives sanitaires dans toutes les agences du monde ou de l’intensification des solutions financières numériques afin de continuer à répondre aux besoins des populations de manière efficace et pratique.