Les femmes génèrent des marges bénéficiaires plus importantes grâce aux prêts de FINCA au Kirghizistan

Par : Scott Graham, directeur de la recherche, et Anahit Tevosyan, directrice adjointe de la recherche

Les données d’une récente enquête menée auprès des clients de FINCA au Kirghizstan montrent que les entreprises dirigées par des femmes génèrent des marges bénéficiaires plus élevées que celles de leurs homologues masculins. Ils créent également plus d’emplois grâce aux prêts de FINCA, ce qui leur permet d’embaucher plus de femmes et d’atteindre leurs objectifs commerciaux.

Combler le fossé entre les hommes et les femmes et ouvrir les portes de l’inclusion financière

L’inclusion financière au Kirghizistan se développe rapidement, bien plus rapidement que dans la plupart des pays où FINCA travaille. Seuls 18 % des adultes possédaient un compte bancaire en 2014, mais, selon le dernier Global Findex, cechiffre a plus que doublé au cours des trois dernières années. Le Kirghizstan est également l’un des rares pays où l’écart entre les hommes et les femmes dans le domaine des services financiers est assez faible, de l’ordre d’un pour cent.

FINCA fait sa part pour s’assurer que les femmes ne restent pas à la traîne. Plus de 55 % de nos emprunteurs au Kirghizstan sont des femmes et la plupart d’entre elles vivent dans des zones rurales. Des données récentes issues d’une enquête menée auprès de clients montrent que, malgré certains défis de longue date, les femmes gèrent leurs entreprises de manière très prudente et génèrent les meilleurs rendements sociaux.

Baisse des profits, hausse des marges bénéficiaires

Les femmes restent principalement concentrées dans le secteur du commerce, où leurs ventes annuelles sont inférieures d’environ 1 000 dollars à celles des hommes et où leurs bénéfices sont inférieurs d’environ 32 % en valeur. En fait, les ventes et les bénéfices nominaux des femmes sont inférieurs à ceux des hommes dans tous les secteurs, à l’exception des services.

Mais il y a de bons résultats si l’on considère les marges bénéficiaires, c’est-à-dire le rapport entre les bénéfices et les ventes totales. À la marge, les femmes qui s’aventurent au-delà de leurs activités commerciales traditionnelles gèrent des entreprises plus rentables, parfois dans des proportions assez importantes. Dans l’industrie manufacturière à petite échelle, comme le textile et la production alimentaire (regroupés sous le terme de production dans le graphique ci-dessous), la marge bénéficiaire d’une entreprise féminine est de 42 %, contre 27 % pour les hommes. Et cette différence se retrouve dans tous les domaines.

Marges bénéficiaires par sexe au Kirghizstan
Marges bénéficiaires par secteur d’activité pour les hommes (bleu) et les femmes (rouge) clients de FINCA au Kirghizistan.

Le commerce – l’activité traditionnelle des femmes – est le seul secteur où les hommes s’en sortent (beaucoup) mieux, parce qu’ils achètent de plus gros volumes et sont moins sujets aux variations saisonnières. Mais dans tous les autres secteurs, les femmes génèrent des marges plus importantes, bien qu’à plus petite échelle.

Une marge bénéficiaire saine témoigne d’une bonne gestion d’entreprise et se traduit par un risque moindre pour FINCA : tant que le prêt n’est pas trop élevé, les paiements s’intègrent facilement dans le flux de trésorerie de l’emprunteur. FINCA Kyrgyzstan a déjà obtenu la certification Smart, ce qui signifie qu’elle respecte les normes de protection des clients les plus élevées du secteur, notamment en s’efforçant de prévenir le surendettement des clients. En fait, FINCA Kyrgyzstan accorde aux clients des prêts plus modestes que ceux qu’ils demandent. Si les femmes sont moins nombreuses que les hommes à se plaindre du montant de leurs prêts, elles déclarent néanmoins qu’elles pourraient utiliser 25 % de plus que ce qui leur a été accordé. Les hommes, par comparaison, demandent un prêt environ 240 % plus élevé. Si l’on considère les marges bénéficiaires, il se peut que les femmes demandent des montants corrects. Les hommes, moins (à moins qu’ils ne dirigent une entreprise manufacturière). En outre, les femmes restent plus longtemps chez FINCA, avec une moyenne de six cycles de crédit, contre quatre pour les hommes.

Les femmes clientes génèrent un meilleur retour social sur investissement

Qu’en est-il de l’impact du prêt de FINCA ? Nous avons constaté que les femmes génèrent non seulement des marges plus élevées avec des prêts plus petits, mais qu’elles génèrent également le meilleur retour social sur l’investissement de FINCA.

objectifs_pour_les_femmes_et_les_hommes_au_Kyrgyzstan
L’impact des services financiers de FINCA sur la création d’emplois et les objectifs commerciaux des femmes et des hommes au Kirghizistan.

Selon notre enquête, les prêts FINCA permettent aux femmes d’augmenter l’emploi dans leurs entreprises de 36 %, contre 26 % pour les hommes, et d’embaucher davantage de femmes en conséquence. Par ailleurs, les clientes sont beaucoup plus susceptibles de dire qu’elles ont atteint leurs objectifs avec FINCA. Cela se traduit par une plus grande satisfaction des clients et une amélioration tangible de leur qualité de vie.

Rien de tout cela n’est particulièrement surprenant – nous reconnaissons depuis longtemps les avantages de la promotion de l’inclusion financière des femmes. Mais il est bon d’avoir des données supplémentaires pour soutenir l’une des convictions fondamentales de FINCA : les femmes ne sont pas seulement des gestionnaires prudents et des emprunteurs disciplinés, mais elles sont aussi des clientes fidèles et les meilleures exécutantes de notre mission sociale.

FINCA Canada surveille et étudie rigoureusement l’impact de ses activités de microfinance à l’échelle mondiale. Pour consulter l’ensemble des indicateurs et mesures de performance sociale, visitez le site results.finca.org.