Les défis de la réduction de la pauvreté face à la pandémie

Il ne fait aucun doute que les effets économiques globaux de la pandémie ont eu un impact négatif sur les efforts de réduction de la pauvreté dans le monde. Outre le COVID-19 qui a coûté la vie à de nombreuses personnes dans le monde, la multiplication des bouclages, les mesures d’éloignement social et les perturbations des chaînes d’approvisionnement ont entraîné d’importantes pertes économiques. Cette situation a poussé les populations vulnérables, en particulier les femmes, encore plus loin du seuil de pauvreté. Selon le World Data Lab, le monde a perdu cinq ans dans sa tentative de mettre fin à l’extrême pauvreté, annonçant une augmentation de 50 millions de personnes en situation d’extrême pauvreté en 2020.

Cependant, la répartition des personnes tombées dans la pauvreté n’est pas égale dans le monde entier et est beaucoup plus importante dans les pays où les gouvernements sont mal équipés pour fournir des mesures de protection sociale.

Des niveaux de réduction de la pauvreté préoccupants à l’échelle mondiale

Bien que la pandémie ait touché de plein fouet les pays développés et les pays en développement, provoquant divers problèmes économiques, notamment des réductions d’effectifs, des pertes d’investissement et un déclin du tourisme, les pays développés ont réagi et ont intensifié leurs efforts d’atténuation par le biais de politiques fiscales et monétaires, atteignant 28 % de leur PIB. En revanche, de nombreux pays en développement n’avaient que peu de moyens à consacrer à la lutte contre la pandémie, la plupart d’entre eux n’ayant dépensé qu’environ 7 % de leur PIB pour en limiter les effets négatifs.

Avant COVID-19, il n’y avait que 103 mesures de protection sociale mises en œuvre dans 45 pays. Depuis le début de la pandémie, le nombre de programmes de protection sociale est passé à 1414 dans 215 pays. Bien que ces aides financières aient été conçues pour soutenir ceux qui luttent, la plupart des pays fragiles n’avaient pas – et n’ont toujours pas – les ressources nécessaires pour maintenir les programmes à flot. Géographiquement, la pauvreté est très concentrée en Afrique et le succès de l’élimination de la pauvreté à l’échelle mondiale dépendra en grande partie des États fragiles d’Afrique. On estime que d’ici 2030, deux des États les plus fragiles et en conflit, le Nigeria et la RDC, connaîtront la plus forte augmentation du nombre de personnes vivant dans l’extrême pauvreté si aucune aide sociale n’est apportée pour atténuer ces risques.

Le besoin croissant de soutien en temps de crise

En l’honneur de la Journée de l’éradication de la pauvreté le17 octobre, FINCA Canada, en partenariat avec le gouvernement du Canada, s’engage à être un catalyseur de l’inclusion économique et de la réduction de la pauvreté au sein des communautés vulnérables. Il s’agit notamment d’offrir des services financiers, de promouvoir la culture financière et d’augmenter les points d’accès pour les pauvres afin de permettre une croissance économique à long terme pour ceux qui s’efforcent de sortir de la pauvreté et de contrer l’impact négatif de la pandémie.

FINCA Canada comprend l’impact considérable que cette pandémie a eu et continuera d’avoir sur les communautés fragiles. En partenariat avec le gouvernement du Canada, FINCA Canada s’efforce de sensibiliser à l’importance de l’accès aux services financiers pour les communautés en Haïti et en RDC. En offrant une variété d’aides financières, telles que son programme mondial de microfinance et son projet d’inclusion financière, FINCA espère donner aux individus et aux communautés en difficulté la possibilité de sortir de la pauvreté et de mieux atteindre la liberté financière.

Cliquez
ici
pour en savoir plus sur le travail de FINCA Canada en matière de réduction de la pauvreté et manifester votre soutien à l’amélioration de l’accès aux services financiers dans les communautés démunies.

Restez en contact avec nous sur Twitter, LinkedIn, Instagram et Facebook.

CLIQUEZ POUR DONNER MAINTENANT !

GAC_oppHERtunity