Les clients ruraux en Afrique vont bénéficier d’un nouveau partenariat

Un partenariat entre FINCA et la Fondation MasterCard permet à un demi-million de personnes marginalisées vivant dans des zones reculées de créer leur propre filet de sécurité et d’épargner en vue d’un avenir meilleur. Annoncée à Dar es Salaam, cette subvention de 12,7 millions de dollars soutient les efforts visant à développer massivement les opérations grâce à l’utilisation de la technologie, avec la possibilité d’atteindre jusqu’à un demi-million de personnes au Malawi, en Tanzanie et en Zambie.

Rupert Scofield, président-directeur général, a déclaré : “L’avènement des nouvelles technologies et des partenariats comme celui-ci peuvent transformer la manière dont des millions d’hommes et de femmes africains accèdent aux services financiers, en particulier en ce qui concerne la mobilisation de l’épargne“.

Les cinq filiales de FINCA Afrique desservent une clientèle composée essentiellement de personnes vivant en dessous du seuil de pauvreté. Notre client moyen est un entrepreneur qui est l’unique source de revenus de sa famille et qui fait vivre, en moyenne, entre cinq et sept membres de sa famille. La majorité de ses revenus est investie dans le bien-être de sa famille : logement, nutrition, santé et éducation.

Pourtant, pour les 305 000 clients de crédit et les 310 000 titulaires de comptes d’épargne que FINCA atteint actuellement en Afrique, il y a encore plus de 320 millions de personnes non bancarisées sur le continent qui ont besoin de services financiers.

En Tanzanie, plus précisément, avec un PIB par habitant d’à peine 1 500 dollars et 36 % de la population vivant sous le seuil de pauvreté, FINCA et le secteur des services financiers ont un grand défi à relever, mais une opportunité encore plus grande.

La majorité des populations à faibles revenus sont desservies par des prestataires de services financiers informels ou n’ont pas du tout accès aux services financiers. C’est particulièrement vrai dans les zones rurales.

L’exclusion financière est avant tout un problème de distribution. L’éloignement des agences bancaires et le coût élevé de la gestion des comptes à faible solde sont les principales raisons de l’exclusion financière des pauvres en Afrique.

Les solutions technologiques apparaissent comme la nouvelle frontière pour relever les défis liés à l’accès aux communautés rurales et isolées, car elles peuvent réduire les coûts de transaction tant pour les clients que pour les institutions, tout en élargissant et en approfondissant la portée de l’action.

Avec l’injection de 12,7 millions de dollars au cours des 4,5 prochaines années, notre partenariat avec la Fondation MasterCard La mise en place d’un réseau de succursales par satellite et à faible coût nous permettra de déployer certaines de ces options de service alternatives – telles que les services bancaires mobiles, les services bancaires par agent et le développement d’un réseau de succursales par satellite et à faible coût – améliorera considérablement la capacité de FINCA à accroître sa portée – en particulier dans les régions éloignées et rurales – et permettra d’accueillir de nouveaux clients qui vivent et travaillent plus loin des succursales de FINCA. Il permettra également à FINCA de réduire ses coûts et de répercuter ces économies sur ses clients.

S’étant fixé pour objectif d’atteindre 500 000 emprunteurs et épargnants à faibles revenus d’ici 2015, l’expansion de FINCA en Tanzanie, au Malawi et en Zambie nécessitera le développement d’un cadre professionnel de dirigeants et de gestionnaires locaux afin de suivre le rythme de l’expansion, de l’adoption de nouvelles technologies et de la conception et de la fourniture de nouveaux produits et services.

Grâce à ce partenariat, FINCA fournira systématiquement une formation et un enseignement de haute qualité à son personnel et partagera ce que nous apprenons, ainsi que le matériel et les approches que nous développons, avec l’ensemble de la communauté MF. FINCA considère qu’il s’agit de la manière la plus efficace de répondre à ses besoins en matière de développement des capacités à mesure que nous nous développons, que nous élargissons nos offres et que nous transformons nos opérations en institutions de services financiers à part entière en Afrique.

La troisième composante du partenariat – et celle qui nous enthousiasme le plus – est le déploiement d’une approche systématique de la mesure de la performance sociale qui vise non seulement à prouver l’impact de la microfinance, mais aussi à garantir que la protection des clients reste au premier plan de notre croissance.

En intégrant la performance sociale dans tous les aspects de nos activités, nous serons en mesure d’élargir considérablement notre champ d’action de manière à atteindre les clients qui ont le plus besoin de nos services et à faire en sorte que leur progrès financier et social reste une priorité.

Lire le communiqué de presse >>