L’entrepreneuriat peut-il combler le fossé entre les hommes et les femmes ?

Le 1er mars 2016, à l’occasion de la Journée internationale de la femme, près de 200 invités ont rejoint FINCA à Washington, DC, pour une discussion importante : L’entrepreneuriat peut-il combler le fossé entre les hommes et les femmes?

Les éminents et divers panélistes ont pu faire la lumière sur les problèmes d’égalité des femmes dans le monde et sur la manière dont l’esprit d’entreprise peut permettre aux femmes de changer leur vie, celle de leur famille et celle des communautés dans lesquelles elles vivent.

Journée internationale de la femme 2016 1Andrée Simon, codirectrice générale de notre réseau de microfinance et modératrice de la soirée, a commencé le panel en posant le problème de la parité hommes-femmes au niveau mondial. En 2014, le Forum économique mondial prévoyait que la parité et l’égalité des sexes seraient atteintes d’ici 2095. Toutefois, à la fin de l’année dernière, le Forum économique mondial a revu ses projections et prévoit d’atteindre la parité en 2133, soit dans 117 ans environ.

“Investir dans les femmes est le moyen le plus rapide et le plus intelligent de parvenir à un changement positif à l’échelle mondiale”, a-t-elle déclaré. “Étant donné que l’écart entre les hommes et les femmes est aussi important qu’il l’est, nous devons vraiment continuer à promouvoir cet investissement.

Lakshmi Balachandra, qui effectue des recherches sur l’esprit d’entreprise à Babson dans le cadre du consortium GEM, a présenté les statistiques d’un rapport sur les femmes chefs d’entreprise. Dans 61 économies du monde, le nombre total d’activités entrepreneuriales en phase de démarrage a augmenté de 7 % et l’écart entre les hommes et les femmes s’est réduit de 6 %. Tout aussi important, de plus en plus de femmes souhaitent devenir chefs d’entreprise dans le monde.

“C’est extrêmement important”, a-t-elle déclaré, “car les femmes sont plus susceptibles d’investir dans leurs communautés locales. Elles contribuent à l’éducation de leurs enfants. Elles contribuent également à l’emploi d’autres personnes et soutiennent d’autres entreprises locales.

Juan Carlos Thomas reconnaît le pouvoir des femmes entrepreneurs qui aident les communautés. En tant que directeur de l’entrepreneuriat chez TechnoServe, qui fournit des conseils techniques et un soutien aux petites entreprises dans les pays en développement, il a parlé des enseignements tirés par son personnel de sa collaboration avec les femmes entrepreneurs sur le terrain.

“Les femmes sont plus sensibles aux autres femmes que les hommes, ce qui constitue un avantage considérable lorsqu’il s’agit de gérer une entreprise. La recherche et le travail sur le terrain nous ont montré que les femmes sont plus enclines à embaucher d’autres femmes”, a-t-il déclaré.

Journée internationale de la femme 2016 2En formant des femmes entrepreneurs en Tanzanie, Rachel Robbins, ancienne membre du conseil d’administration de FINCA Microfinance Holdings, a été touchée par le travail acharné et la détermination des femmes à développer leurs activités et à améliorer leurs conditions de vie.

“Voir une femme qui gagne cinq dollars par jour et qui est capable de mettre un dollar de côté pour le réinvestir dans son entreprise est assez remarquable”, a-t-elle déclaré.

Rahama Wright est la première à constater cette forme d’autonomisation des femmes. En tant que fondatrice de Shea Yeleen Health and Beauty, elle travaille avec des femmes en Ouganda qui produisent du beurre de karité. Bien que la production de beurre de karité soit une industrie d’un milliard de dollars, la plupart de ces femmes ne tirent qu’un maigre bénéfice financier de leur travail. En aidant ces productrices à recevoir un prix équitable pour leurs produits, Shea Yeleen permet aux femmes de gagner plus et de changer leur vie.

Une leçon que Rahama a tirée de son entreprise sociale est que “les femmes qui font des affaires différemment sont un avantage, et nous ne devrions pas essayer de les conformer”.

Cette leçon est reprise par une autre entrepreneuse sociale , Diana Sierra. Dessinatrice industrielle de formation, elle a été influencée par le fait que de nombreuses filles manquent l’école lorsqu’elles ont leurs règles. C’est ainsi qu’elle a fondé Be Girl, une entreprise sociale qui se consacre à la création de produits extrêmement abordables, ambitieux et performants qui favorisent l’autonomie des femmes et des jeunes filles.

“L’innovation de rupture ne consiste pas à construire des fusées”, a-t-elle déclaré. “L’innovation de rupture consiste à faire quelque chose qui aide vraiment quelqu’un.

La discussion a débouché sur un important appel à l’action : malgré les progrès accomplis en matière de parité hommes-femmes, et malgré les innovations et le travail d’organisations telles que FINCA, TechnoServe, Shea Yaleen et Be Girl, il reste encore beaucoup à faire.

Regardez la retransmission de la projection en direct ci-dessous.

https://youtu.be/0QcqrwUFAso