Investir dans la voie du leadership

On dit que les femmes doivent établir des priorités dans leur vie, ce qui n’est pas le cas des hommes : nous devons choisir entre nous concentrer sur notre carrière ou sur notre famille – ou tenter de tout faire bien et renoncer à l’équilibre entre vie professionnelle et vie privée. En raison de ces contraintes, beaucoup d’entre nous n’investissent pas suffisamment dans leur propre personne.

Au milieu de ces priorités, l’idée de faire plus que ce qui figure sur la liste de contrôle quotidienne semble être un luxe pour beaucoup d’entre nous. Statistiquement parlant, nous sommes également de piètres défenseurs de nous-mêmes, en particulier au travail et dans la salle de réunion. Même si de nombreuses femmes reconnaissent ce fait, et même si beaucoup d’entre nous savent qu’elles doivent s’impliquer (merci Sheryl Sandberg), il ne suffit pas de savoir que l’on doit changer de comportement. Il faut s’assurer que l’on nous soutiendra pour que nous puissions nous concentrer sur notre propre développement professionnel et nous sentir autorisés à investir pour devenir des leaders plus forts. Nous avons besoin de cette assurance de la part de ceux qui nous jugent au travail, prennent des décisions concernant notre avancement professionnel et nous récompensent pour la valeur et les performances que nous apportons. Le problème est le suivant : combien d’entreprises sont conscientes que les femmes peuvent avoir besoin de ce soutien explicite et de cette assurance de la part des dirigeants de l’organisation – soutenus par des actions (et cette partie est essentielle) – pour devenir des dirigeantes plus fortes ? Votre organisation vous ouvrira-t-elle la voie pour que vous puissiez galoper, et non pas marcher sur la pointe des pieds, sur le chemin qui mène au leadership ?

FINCA, que j’ai rejoint l’année dernière en tant que directrice des opérations au niveau mondial, reconnaît depuis longtemps la valeur et le pouvoir que les femmes apportent à la performance des entreprises. La majorité de nos clients microentrepreneurs sont des femmes (dans certains pays, elles représentent jusqu’à 85 % de notre clientèle) et nos équipes de direction comptent près de 40 % de femmes dans le monde. FINCA est convaincue que les entreprises ayant une représentation diversifiée obtiennent de meilleurs résultats que celles qui n’en ont pas – tant sur le plan financier que social. FINCA le savait lorsqu’elle a commencé à accorder des microcrédits il y a près de 30 ans, principalement à des femmes en raison de leur capacité avérée à gérer de l’argent et des entreprises, ainsi que de leur tendance à consacrer les fruits de leurs efforts directement au bien-être de leur famille. FINCA applique ces connaissances en interne, notamment en soutenant un effort concret et coopératif visant à faire de nos collaboratrices des chefs d’entreprise.

Fin 2013, nous avons commencé par organiser un réseau informel de 200 femmes dans les 25 pays où nous avons du personnel, afin de discuter de la manière dont nous pourrions porter la contribution des femmes à FINCA à un niveau plus élevé. Nous avons reçu une réponse énorme de la part de nos employées qui travaillent dur chaque jour pour servir la clientèle mondiale de FINCA – qui comprend 643 000 femmes microentrepreneurs dans certains des environnements les plus difficiles au monde. Nous avons également bénéficié d’un soutien considérable de la part de nos collègues masculins qui, au départ, étaient perplexes quant à la raison pour laquelle un groupe d’entre nous était réuni autour d’une cheminée dans les montagnes de la République de Géorgie, lorsque tout a commencé. Je crois qu’ils ont soupçonné un complot contre eux, mais curieusement, lorsqu’ils ont compris pourquoi nous étions là, ils ont tous demandé comment ils pouvaient nous aider. Fidèles à une longue tradition qui consiste à croire que les femmes sont de solides chefs d’entreprise, nos conseillers principaux, depuis notre PDG Rupert Scofield jusqu’à Rachel Robbins, l’une des membres de notre conseil d’administration et de nos conseillers, ont défendu notre initiative visant à rehausser le profil des femmes au sein du réseau FINCA, qu’il s’agisse du personnel ou des clients.

Le mois dernier, nous avons lancé une série de webinaires créés pour FINCA, dont les premiers ont été animés par ma bonne amie, Samantha Collins, PDG de la Fondation Aspire, qui est un leader extraordinaire dans le domaine de l’autonomisation des femmes. Sam a consacré sa vie à aider les femmes à réaliser leur potentiel, et elle a créé un réseau d’individus puissants à travers le monde qui s’inspirent les uns les autres et donnent de l’impact à leur travail. Notre premier webinaire Aspire, qui s’est déroulé en octobre à FINCA, a été un grand succès. Soixante-dix femmes employées par FINCA dans le monde entier – de l’Afghanistan au Kirghizistan en passant par la Zambie – ont écouté Sam et échangé leurs points de vue via un chat en direct. C’était formidable d’interagir personnellement avec un si grand nombre de nos collègues féminines issues de cultures si différentes, mais qui partagent toutes le même désir d’être inspirées pour diriger. Exhorter mes collègues femmes de la microfinance à prendre le temps de participer à des webinaires inspirants est une chose facile à faire, et nous en faisons beaucoup plus (lire l’initiative de FINCA en faveur des femmes).) Je veux encourager toutes les femmes qui lisent ces lignes à prendre le temps nécessaire pour quitter le tapis roulant et investir dans leur propre personne. Les femmes sages qui nous entourent nous ont déjà dit que

il faut d’abord croire en soi et investir en soi si l’on veut prospérer.

C’est à nous de faire en sorte que cela se produise. Heureusement, nous disposons de tout un réseau de femmes prêtes à nous aider.