FINCA et la microfinance : 30 ans d’existence

Il y a quarante ans, avant que la microfinance ne s’appelle microcrédit, avant même qu’elle n’ait un nom, j’ai accordé des prêts de 50 dollars à 800 agriculteurs guatémaltèques sous la forme de six sacs d’engrais 12-24-12, ce qui a permis d’augmenter considérablement les rendements des parcelles de maïs et de haricots qu’ils cultivaient.

Sur les 800 agriculteurs, 799 ont remboursé l’intégralité des prêts, majorés de 12 % d’intérêts.

Au cours des deux années que j’ai passées à San Martin, j’ai été témoin de changements spectaculaires dans les revenus et le niveau de vie général de ces agriculteurs. Lorsque le moment est venu pour moi de partir, beaucoup d’entre eux ont pleuré, me suppliant de ne pas partir. C’est une expérience très forte qui m’a mis sur la voie que je suis encore aujourd’hui.

Lorsque j’ai commencé à travailler avec ces agriculteurs, la plupart d’entre eux étaient en haillons et leurs familles au bord de la famine. Lorsque je suis partie, deux ans plus tard, leurs enfants mangeaient mieux, s’habillaient mieux et envisageaient l’avenir avec optimisme plutôt qu’avec désespoir.

Des années plus tard, John Hatch – mon partenaire dans notre société de conseil – et moi-même avons créé FINCA International, une organisation à but non lucratif dont l’objectif est d’étendre le pouvoir de la microfinance aux communautés pauvres du monde entier. Aujourd’hui, nous avons près de 2 millions de clients en Amérique latine, en Afrique, en Eurasie et au Moyen-Orient.

Mais lorsque nous avons commencé, nous avons dû combattre un certain nombre de mythes sur les pauvres et l’argent. La première était que les pauvres ne pouvaient pas prendre de prêts parce qu’ils ne seraient pas en mesure de les rembourser. L’idée était que les pauvres mouraient de faim et qu’ils allaient donc immédiatement consommer tout ce que vous leur donniez sans vous rembourser.

Ce raisonnement ne tient pas compte de l’ingéniosité des pauvres, comme le groupe de femmes potiers de Siguatepeque, au Honduras, qui, lorsque je leur ai demandé comment elles investissaient leurs prêts, m’ont répondu : “Nous avons acheté des produits alimentaires” : “Nous avons acheté des provisions”. Je suis restée bouche bée. “Mais comment pouvez-vous nous rembourser ?” La réponse est que les épiceries leur ont permis de rompre le cycle qui les obligeait à vendre leurs céramiques dès qu’elles étaient produites, et à un prix très bas, juste pour mettre de la nourriture sur la table. Désormais, ils peuvent se permettre d’attendre, car les intermédiaires sont de plus en plus à la recherche de produits et sont contraints de payer davantage.

Clients de la banque villageoise de FINCA Guatemala
Clients de la banque villageoise de FINCA Guatemala

Un deuxième mythe que nous avons dû combattre est celui selon lequel les pauvres ne peuvent pas épargner. Je me souviens d’avoir visité une banque villageoise de FINCA sur les pentes du Volcan de Agua qui surplombe la ville d’Antigua, au Guatemala, et d’avoir demandé aux femmes si elles avaient pu épargner une partie des bénéfices qu’elles avaient réalisés avec l’aide des prêts de FINCA. Si, m’ont-ils dit. “Puis-je le voir ?” ai-je demandé. Une discussion s’ensuit. Ils n’ont pas réalisé que je parlais la langue indigène, le cachikel. “Une femme a demandé : “Pouvons-nous lui faire confiance ? Ils ont installé une natte de paille sur le sol de la maison et ont déterré un bidon de saindoux en métal. Lorsqu’ils ont enlevé le couvercle, une énorme liasse de quetzales en est sortie, comme un jack-in-the-box.

Sans capital initial, l’histoire de ces femmes prouve que les pauvres ont la capacité de créer des entreprises rentables, de rembourser des prêts, d’augmenter leur épargne et, en fin de compte, de transformer leur qualité de vie.