Derrière la couverture : Saint Louis Medecene et sa famille

Saint Louis Medecene et sa famille ont fait la couverture du rapport annuel 2015 de FINCA. Saint Louis, agriculteur en Haïti, bénéficie des prêts agricoles de FINCA depuis début 2015. Pour en savoir plus sur les 1,8 million de personnes que FINCA a servies en 2015, consultez notre rapport annuel.

L’agriculture, c’est tout ce que Saint Louis Medecene connaît. Depuis son plus jeune âge, il cultive la terre sur les hauts plateaux de la Croix des Bouquets, en Haïti. Avec ses nombreux frères et sœurs, le père de Saint Louis lui montre comment récolter les légumes pour la famille.

Aujourd’hui, Saint Louis est toujours agriculteur. Grâce aux prêts de FINCA, sa femme et ses dix enfants bénéficient d’une plus grande production et d’un meilleur profit.

Mais Saint Louis n’a pas toujours connu la prospérité avec sa ferme. Pour joindre les deux bouts, il travaillait à temps partiel dans le bâtiment ou nettoyait la cour d’une propriété. Parfois, lorsque la famille était en grande difficulté, il vendait à contrecœur ses chèvres pour acheter des semences.

Saint Louis s’était déjà adressé à plusieurs banques commerciales pour obtenir des prêts, mais a toujours essuyé un refus. “Lorsqu’un agent de crédit de FINCA est venu dans mon quartier, il m’a sauvé la vie”, dit-il. Après avoir pris connaissance des prêts agricoles de FINCA, Saint Louis a pu acheter des semences de gombo en gros. Aujourd’hui, grâce aux prêts de FINCA, il ne craint pas de devoir vendre ses chèvres.

Client de FINCA Haïti

La vaste ferme de Saint-Louis produit une variété de légumes et de fruits, notamment des oignons de printemps, du maïs, des cacahuètes, des poireaux, des gombos, des haricots, des pistaches, des betteraves, des yuccas, des carottes et des épices. Pendant qu’il s’occupe de la ferme, sa femme, Dalia JaNoelle, vend les produits en vrac au marché local. Pendant la saison des récoltes, Saint Louis embauche six à huit travailleurs de son quartier pour l’aider à cueillir les fruits et légumes, ce qui lui permet de leur verser le salaire nécessaire et de leur fournir de la nourriture pour la journée.

“Les prêts ont beaucoup changé la vie de ma famille”, explique-t-il.

Avec les bénéfices de sa ferme, Saint Louis peut nourrir ses enfants, les envoyer à l’école et leur acheter des vêtements. Il a également commencé à mettre de l’argent de côté pour l’avenir de ses enfants et les urgences médicales.

Enfants d'Haïti

En octobre 2015, Saint Louis et sa famille ont dû faire face à une situation d’urgence. Le quartier dans lequel ils vivent n’est pas sûr la nuit et un trio de hooligans faisait des ravages dans le voisinage. Ils aperçoivent Saint Louis près de sa maison et lui demandent de se coucher par terre. Ils lui ont ensuite tiré trois balles dans la poitrine et l’ont frappé à la tête avec une machette. Pendant une semaine, Saint Louis est resté assis dans un lit d’hôpital, luttant pour sa vie. Heureusement, il s’en est sorti, mais la famille s’est retrouvée avec une lourde facture d’hôpital. Heureusement, grâce à l’augmentation de son épargne et aux bénéfices de la ferme, la famille a pu payer les frais médicaux.

Aujourd’hui, Saint Louis est remis sur pied et rêve du jour où il pourra exploiter une plus grande ferme. Il espère planter des papayes, un fruit très demandé, et les vendre aux grands supermarchés pour gagner plus d’argent. D’ici là, Saint Louis continuera à faire ce qu’il sait faire de mieux : cultiver la terre et s’occuper de sa famille.